Tous les articles par Javier Garcia

Quand la soupe déborde…

En Espagne, le tourisme est une industrie prospère, mais l’est encore plus en Catalogne. La Catalogne a remis cette industrie sur la carte. À Barcelone, le tourisme est omniprésent à un point tel qu’un tourisme de masse s’est créé. Ce nombre surpasse même la population de la ville et des inconvénients viennent à surgir.

À Barceloneta, il y aurait plus de 1500 logements touristiques illégaux, ce qui génère 9 millions d’euros par an (13.5 millions dollars canadiens). Cela génère donc des conséquences, malgré le fait que les taxes rapportent quand même un certain profit à la ville. Des amandes bien salées de 90 000 euros (13 500 dollars canadiens) sont données à tous ceux qui s’exercent à sous-louer des appartements illégaux à des touristes. Pour ceux qui n’ont pas de licence réglementaire, l’amende peut grimper jusqu’à 600 000 euros (700 000 dollars canadiens).

Manifestants à Barcelone contre l’invasion des masses de touristes. (2015)

Une mesure par la mairie a été prise pour tenter de contrevenir à ce fléau. Ada Colau, nouvelle mairesse de la ville depuis peu, a imposé un moratoire sur les appartements à usage privé et le gel des licences touristiques, depuis juillet 2015. Aujourd’hui, la mairesse affirme qu’elle a réussi à faire baisser de 95% l’offre illégal d’établissements de ce genre.

Lit installé dehors pour sensibiliser les habitants et voyageurs à propos du tourisme illégal.

D’un autre côté, les agences de locations dénoncent plus d’une centaine de bâtiments vides, sans licences et sans utilités. Elizabeth Casañas, fondatrice d’une association de défense des droits des loueurs (Plateforme pro logements touristiques) affirme que le moratoire est une mauvaise décision et que cela est néfaste pour les touristes, les familles locales qui ont l’amabilités de louer leur logement et pour les petits commerces qui en souffrent.

La situation est-elle irrécupérable ?

Cela mérite une réflexion.

Javier García Areosa

Sources:
https://www.equinoxmagazine.fr/2017/02/16/barcelone-face-aux-locations-illegales/

https://lepetitjournal.com/vivre-a-barcelone/fermeture-de-4900-appartements-touristiques-illegaux-barcelone-251668


https://espagnimmobilier.wordpress.com/2018/05/30/locations-touristiques-en-espagne-marche-arriere-toute/


https://fr.euronews.com/2015/07/31/barcelone-ras-le-bol-du-tourisme-de-masse


Decidir no es un delito

C’est le mardi 12 février 2019 que s’ouvrait le procès de 12 anciens ministres du gouvernement catalan à la cour suprême espagnol située à Madrid. Ces 12 représentants faisaient face à des accusations de rébellion, sédition et de désobéissance face au gouvernement espagnol et risquent une peine d’emprisonnement de 7 à 25 ans, s’ils sont coupables. Une immense foule, dont plusieurs indépendantistes étaient même à l’extérieur du tribunal revendiquant leurs droits et parmi ceux-ci : Quim Torra, président de la généralité de Catalogne.

Les 12 représentants catalans à la cour suprême de Madrid.

Rappelons-nous qu’en octobre 2017 avait eu lieu un référendum sur l’indépendance de la Catalogne et que la majorité (90%) l’avait emporté, mais que par la suite, le gouvernement espagnol accusait ce référendum d’être illégal et annulait du coup sa légitimité. D’ailleurs, avant le vote, plusieurs interventions de violence gratuites du gouvernement espagnol ont eu lieux dans diverses régions de la Catalogne. Une violence sans raison et pour vouloir faire peur, mais cela a eu l’effet contraire et aujourd’hui, la communauté catalane est beaucoup plus forte et unis.

Manifestation à Bruxelles supportant les 12 représentants catalans.

Il faut noter aussi que l’un des principaux militants pour cette juste cause, Carles Puigdemont, n’était pas présent lors de cette audience, car il est en exil en Belgique. Carles affirme que tout ceci va à l’encontre de la démocratie et qu’elle parlera d’elle-même. Les séparatistes pointent du doigt le gouvernement espagnol et les accuse de former une sorte de condamnation à l’encontre de la cause.

Manifestant revendiquant le fait que décider n’est pas un délit

La tension est palpable entre les deux camps, mais quel sera le verdict ? La seule vérité est qu’elle ne prendra jamais fin, tant que la Catalogne n’obtiendra pas son indépendance parce qu’il y a bien une chose que l’histoire nous a prouvé; les Catalans ne s’avouent jamais vaincus et vont jusqu’au bout.

Sources: https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1152479/proces-dirigeants-independantistes-catalans-espagne

https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9f%C3%A9rendum_de_2017_sur_l%27ind%C3%A9pendance_de_la_Catalogne

https://www.lepoint.fr/monde/1er-octobre-le-referendum-illegal-qui-a-change-la-catalogne-30-09-2018-2258972_24.php#

À table !!!

Plusieurs éléments, tel que la langue, le tourisme et la culture peuvent caractériser un pays ou une région dans le monde. Cependant, il y a un aspect qui reste encré dans les traditions et dans la manière de vivre. Il s’agit de la gastronomie et plus particulièrement, celle de la Catalogne qui est très riche et dont votre palais se souviendra.

Voici un petit article qui vous fera culinairement voyager tout en le lisant. En premier lieu, « l’entrée ». L’une des fameuses entrées catalanaise se nomme le « pa amb tamàquet » qui se traduit par « le pain tomate » et a été présentée pour la première fois dans une recette en 1884. Afin d’exécuter ce met, il faut simplement étaler la tomate sur du pain. Cela vient normalement accompagné d’un peu de viande, de sardine et même de charcuterie. Ce petit plat est considéré comme un signe d’identité catalane.

Pa amb tamàquet (le pain tomate)

En deuxième lieu vient « le plat principal ».  La « fideuada », spécifiquement originaire de Valence, est un plat très copieux qui est concocté à base de pâtes cuites dans un bouillon de poisson qu’on incorpore avec des calmars, des seiches et d’autres sortes de langoustines. Ce mets ressemble beaucoup à la paella espagnole, mais avec des pâtes. Un petit vin blanc catalan « Terra Calida » est d’ailleurs recommandé pour accompagner ce plat.

Fideuada

Finalement, « le dessert ». « Crema catalana », fait avec du lait, peut être considéré comme le frère de la crème brûlée. La seule différence est le lait, utilisé pour le dessert catalan, contrairement à la crème qui garnit la crème brûlée. Il est donc possible d’affirmer que ce dessert catalan est la version plus légère. À vous de choisir celle que vous préférez!

Crema catalana

Ceci n’est qu’un bref résumé de l’éventail gastronomique disponible en Catalogne et qui pourrait bien se retrouver dans votre assiette.

Bon profit!

Javier García Areosa

Sources:

https://www.barcelonaturisme.com/wv3/fr/enjoy/8/les-normes-sacrees-du-pa-amb-tomaquet.html

http://www.topito.com/top-specialites-culinaires-catalanes-monde

La fideuada Nomen- préparation pour fideua, variante incontournable de la paella

«Més que un club»

Plusieurs clubs sportifs sont étiquetés avec un slogan qui les représente bien comme Le Canadien de Montréal, qu’on nommait à l’époque les glorieux pour leurs nombreuses Coupes Stanley. Cependant, une organisation en particulier se démarque des autres; il s’agit du FC Barcelone. C’est lors d’un discours pour la prise de possession que le président Narcís de Carreras a mentionné pour la première fois que le Barça était: « Més que un club ». Cette devise représente bien plus que le concept de l’équipe elle-même.

Camp Nou, Stade du FC Barcelone.

En effet, cette institution s’est engagée politiquement en 1908 lorsque que le fondateur suisse Joan Gamper s’est approché de plusieurs partis politiques catalanistes dans le but de préserver l’identité catalane. Cette approche a porté fruit puisque quelques années plus tard, le club a fait application pour la demande d’un statut d’autonomie pour la société catalane. Cela n’a pas plu à Francisco Franco, dictateur de l’Espagne de 1939 à 1975, qui pendant la tyrannie, a interdit et punit les institutions politiques catalanes. À ce moment-là, le club devient comme une sorte d’emblème contre cette dictature, de même que le stade qui devient l’un des rares endroits dans la ville ou l’on pouvait s’exprimer en toute franchise.

Premier maillot du FC Barcelone en 1903.

L’équipe sportive Barça a aussi quelque chose de spécial; elle est une institution sportive privée à but non lucratif, tout comme le Real Madrid, L’Atletico Bilbao et Osasuna. Cependant, la signification du Barça est beaucoup plus importante du point de vue historique, social et culturel. En ce sens, le FC Barcelone est l’une des représentantes les plus importante de la Catalogne et une vitrine inspirante pour le monde extérieur.

Sources : https://barcainside.com/il-etait-une-fois-mes-que-un-club/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Futbol_Club_Barcelona

https://www.lesechos.fr/17/07/2015/LesEchos/21981-078-ECH_plus-qu-un-club–une-association-qui-ne-peut-pas-etre-rachetee.htm

https://www.livingtours.com/media/catalog/product/cache/2/image/830×545/17f82f742ffe127f42dca9de82fb58b1/s/h/shutterstock_1059238616.jpg

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/3/37/Player_FC_Barcelona_1903_year.jpg