Visite touristique du quartier El Born à Barcelone

Le quartier El Born inspire un sentiment de villégiature à l’intérieur de l’immense ville qu’est  Barcelone. Tout comme le vieux gothique, il fait partie des deux quartiers qui forment la partie la plus ancienne de la ville. Ensemble, ils renferment les richesses historiques et culturelles de la région.

A l’époque médiévale, c’est à cet endroit que se produisait les joutes et les exécutions suites aux accusations de sorcellerie. Il faut attendre le 13e siècle pour que le développement commercial de la région s’épanouisse fondant ainsi les bases de ce quartier qui est maintenant considéré comme un environnement « bobo » et sophistiqué et ou le coût de la vie est plus élevé que les quartiers voisins. C’est dans les années 1980 que la ville à décider d’effectuer de la restauration à l’échelle du quartier, ce qui en fait maintenant un foyer pour l’art et la culture.

Situé tout près du port, il faut dix minutes pour se rendre à la mer permettant ainsi d’offrir une vie nocturne prisée et un accès facile à la plage. Cette combinaison est très intéressante pour les touristes qui visite la ville de Barcelone.

Les endroits les plus visité de ce lieu sont Eglise Santa Maria del Mar, le Palau de la Musica Catalana et le Musée Picasso. Tout d’abord, l’église de style gothique offre de nombreux concerts qui sont financièrement accessible à tous. Elle fut l’inspiration de l’écrivain espagnol Ildefonso Falcones qui publia un livre en 2006 nommé La cathédrale de la mer. Un peu plus loin après une marche à travers les ruelles du quartier se dessine le Palais de la Musique au style architecturale plus moderniste. C’est l’un des plus grands emblèmes de la culture catalane, endroit où les grands interprètes vont s’y produire musicalement et théâtralement. Par la suite, il est conseiller d’aller visiter le Musée Picasso. On y retrouve les œuvres de jeunesse de Pablo Picasso lorsqu’il vivait dans la ville de Barcelone. À travers son art, il est possible d’admirer l’expression de sa relation avec cette ville.

 

https://www.barcelona-tourist-guide.com/fr/quartiers/el-born.html

http://fr.barcelona.com/guide_barcelone/visite_circuit_barcelone/el_born

http://www.onedayonetravel.com/visite-du-quartier-el-born-a-barcelone/

Quartier touristique Le Barri Gotic à Barcelone

Un des quartiers les plus populaires et les plus visités à Barcelone est le quartier gothique. Il est également le plus vieux centre historique et culturel de cette ville. Les premiers à occuper ce territoire en tant que ville furent les Romains qui y ont érigé la cité alors nommée Barcino. Il y a encore à ce jour des ruines visibles ainsi que des façades de bâtiments qui datent de l’époque romaine dont des murailles conservées se rapprochant du IVe siècle, ce qui fait le bonheur des amateurs d’architecture et d’histoire. En se rendant dans l’un des musées d’histoire de la ville, il est possible de remonter dans le temps et d’admirer les premières fondations de Barcelone.

 

Les touristes font la visite de ce périmètre principalement à pied en raison du caractère très étroit des ruelles. À ce jour, il est possible d’observer une architecture très variée dans ce quartier, puisqu’il y a un côtoiement entre les bâtisses plus anciennes et les nouvelles constructions. Il est possible d’observer l’évolution des lieux à travers différents styles, commençant avec l’art gothique, puis l’art roman et finalement avec les constructions plus modernes du XXe siècle. La Cathédrale gothique est un des lieux les plus visités pour cette raison. Ce mélange de style attire les visiteurs de toutes les régions autant nationales qu’internationales. Suite à leur visite, les gens vont se promener dans les ruelles étroites du quartier profitant de ce labyrinthe pour observer les merveilles architecturales autour d’eux.

 

La Placa Reial, avec ses bâtiments de style napoléonien, est un très bon endroit pour se détendre et acheter des souvenirs dans les boutiques environnantes. Au milieu, on y retrouve une fontaine avec deux lampadaires à chaque extrémité construits par Antoni Gaudi dans sa jeunesse et ceux-ci comptent parmi ses premières œuvres artistiques.

 

https://www.barcelona-tourist-guide.com/fr/quartiers/quartier-gothique-barcelone.html

http://www.onedayonetravel.com/conseils-pour-mieux-visiter-le-quartier-gothique-de-barcelone/

Trobairitz

L’histoire de la littérature catalane commence avec la lyrique des troubadours catalans et occitans. Dès le XIIème siècle ils sont donc les premiers à écrire en une langue vernaculaire autre que le Latin. Hormis les plus grands troubadours tels que Guillem de Berguedà, Guillem de Cabestany, Ponç de la Guàrdia, Ramon Vidal de Besalú, Ramon de Rosselló… Il existe une vingtaine de Trobairitz dont plusieurs manuscrits sont parvenus jusqu’à nous. Si la lyrique troubadouresque a pour grand principe l’Amour courtois, la fin’amor, soit la figure d’une Dame idéale et les épreuves que doit servir son Chevalier pour la conquérir sans jamais parvenir à l’acte charnel, on retrouve chez les Trobairitz un renversement de cette situation et des écrits parfois plus directs et sensuels.

Transcription moderne de la partition d’A chantar (première strophe) Beatritz de Dia.

 

La Trobairitz la plus connue est certainement Beatritz de Dia, sa vida soit sa biographie qui nous est parvenue relate : « La Comtesse de Die épousa Guillaume de Poitiers ; elle était belle et bonne, devint amoureuse du seigneur Raimbaut d’Orange, et fit à son sujet maintes bonnes poésies ». Les Trobairitz avaient donc une voix parmi l’élite des troubadours et une place au sein de l’aristocratie et des cours de l’époque. Plusieurs Trobairitz sont auteures de chansons et de tensons, soit des chansons à plusieurs voix où se répondaient trobairitz et troubadours. Les plus connues sont Azalaïs de Porcaraiga, Clara d’Andusa, Almuc de Castelnòu, Iseut de Capion, Na Castelloza, Na Lombarda, Marie de Ventadorn, Na Tibors…Le trobar, l’art de trouver les rimes est donc un art de vivre, de pensée et d’écrire, à la source d’une grande influence sur tout le Moyen-âge et bien au-delà : ils sont à l’origine de toute la littérature occidentale moderne.

Groupe La Beluga « du trobar au slam » teaser décembre 2016

 

« Estat ai en grèu cossirièr » de la Comtesse de Die :

Ben volria mon cavalièr

Tener un ser en mos bratz nut

Qu’el se’n tengra per ereubut

Sol qu’a lui fezés cosselhièr,

Car plus m’en sui abelida

No fetz Floris de Blanchaflor :

Eu l’autrei mon còr e m’amor,

Mon sen, mos uèlhs e ma vida.

 

Je voudrais bien tenir mon chevalier,

Un soir, nu, entre mes bras ;

Et qu’il s’estime comblé

Pourvu qu’il ait mon corps pour coussin

Car j’en suis plus amoureuse

Que ne fut Flore de Blanche-fleur

Je lui donne mon cœur et mon amour,

Mon esprit, mes yeux et ma vie.

(cf. Nouvelle histoire de la littérature occitane de Robert Lafont. Tome I. p.70.).

Sources:

Les Trobairitz, Occitanica – Mediatèca Enciclopedica Occitana / Médiathèque encyclopédique occitane
http://www.purl.org/occitanica/enciclopedia/335

La littérature d’Oc/ Unisversité Paul Valéry/ http://www.univ-montp3.fr/uoh/occitan/une_litterature/co/module_Occitan-litterature.html

Mille ans de littérature d’Oc/

http://uoh.univ-montp3.fr/1000ans/

 

Pourquoi il faut absolument visiter Barcelone cet automne?

La Catalogne a marqué l’histoire européenne par sa culture, par son histoire et surtout par ses génies. Les génies catalans sont nombreux et parmi eux Gaudi occupe une place inoubliable dans la mémoire collective européenne. Cet automne, le gouvernement catalan donnera l’occasion à la publique, de visiter et de faire un voyage à la première œuvre architecturale de ce génie qui s’appelle La Casa Vicens.

La Casa Vicens

Source: http://theartnewspaper.com/news/museums/step-inside-gaud-s-first-major-creation/ 

À l’origine de cette œuvre fascinante réside la commande de Manuel Vicens Montaner, qui est le patron d’une usine de céramiques. Montaner voulait l’utiliser comme sa maison d’été. Comme il n’y a rien facile dans la vie, la construction de cette œuvre a pris 5 ans de la vie de Gaudi (la construction a duré de 1883 à 1888). La culture et la synthèse originelle de la Catalogne se fait pleinement sentir dans l’œuvre. Cela se traduit par la coexistence des influences orientales, neo-mauresques et baroques.

Intérieure de la maison La Casa Vicens

Source: http://theartnewspaper.com/news/museums/step-inside-gaud-s-first-major-creation/  

Seul un génie comme lui, est capable de réunir toutes les influences du monde occidental et oriental dans la même œuvre. Pour ce faire, sa curiosité intellectuelle y a joué un rôle important. Cette curiosité l’a conduit à étudier les minarets du Maroc et de l’Égypte et les stupas bouddhistes du monde indien. Par contre, la curiosité et l’imagination de Gaudi ne se limite pas aux minarets et aux stupas, sa plus grande source d’inspiration provient de sa curiosité vis-à-vis de la nature. Comme ses autres œuvres portant une valeur universelle, la célébrité de La Casa Vicens dépasse également les frontières de la Catalogne. Cela se traduit par le fait que l’œuvre constitue un de pionnier de l’art nouveau en Europe de l’époque.

Extérieur de la maison La Casa Vicens

Source: http://www.equinoxmagazine.fr/2017/02/09/casa- vicens-de-gaudi-enfin-accessible-public/ 

Même si dans la toile de fond Gaudi apparait comme l’étoile brillante, il faut quand même rendre hommage aux assistants de Gaudi qui ont mis leurs efforts au service de la construction de cette œuvre. Jose Torrescane Sellares, Antonio Riba Garcia s’occupaient de la sculpture et des peintures de la salle à manger. Il faut également citer Lorenzo Matamala Pinyol qui est un des acteurs aches de la Sagrada Familia. Tout cela constitue un très bon prétexte pour acheter les billets d’avion, afin de partir en Catalogne cet automne.

 

La Bibliographie

Ils en auront pour leur argent!

Bien que de nombreuses personnes questionnent le plan d’indépendance de la Catalogne surtout sur le volet économique, certains spécialistes sont très optimistes au sujet de l’avenir d’une économie catalane très prisée et diversifiée. On parle même, de façon représentative, d’une nouvelle Suisse. C’est-à-dire; un petit pays européen avec une dominance impressionnante dans le secteur industriel, financier, entrepreneurial, touristique et technologique. Mieux encore, car la Catalogne, à la base, à plus de ressources, donc plus de potentiel brut que ces puissances comme la Suisse ou le Danemark.

« La Catalogne représente 19% du Produit intérieur brut (PIB) espagnol et 25% de ses exportations mais ne reçoit que 11% des investissements. »

– Joan Canadell

Beaucoup ne peuvent point envisager la Catalogne sans l’Espagne comme si elle en dépendait à tout prix, or peu réfléchissent à savoir si l’Espagne n’aurait pas, justement, freiné la nation catalane dans ses projets de grandes envergures durant une bonne partie de l’histoire contemporaine de l’Europe. Après avoir été tu durant plus de deux siècles, les Catalans ont été exempté de la scène politique, culturelle et économique pendant le franquisme s’étalant sur près de quatre décennies. Depuis la dictature, il y eu un gros travail à faire pour réintégrer la Catalogne et mieux les considérer au sein de l’Espagne actuelle, mais on peut encore y apercevoir une fermeture d’horizon. Vingt ans se sont écoulés depuis la première demande d’un réseau ferroviaire longeant la Méditerranée et aucune mesure n’a été prise. Cette nécessité d’infrastructure est alarmante et ce n’est pas en attendant la décision et le budget de Madrid que la Catalogne se développera davantage.

En quoi consiste l’économie catalane?

La catalogne se concentre surtout dans le secteur secondaire et tertiaire de l’économie. Les sphères prédominantes de l’industrie sont la chimie, la biotechnologie, le secteur alimentaire et la technologie médicale. Aussi, la « Catalunya » se place au troisième rang en Europe dans le domaine recherche.

Tout cela sans parler  du tourisme effervescent qui éclabousse les régions autour, du textile (dont les marques Mango et Desigual) et de la téléphonie mobile (Barcelone est la capitale mondiale de cette dernière).

Pourquoi la Catalogne est, d’un point de vue stratégique, en avance sur le reste de la péninsule?

Barcelone: ce serait le terme désigné pour expliquer brièvement leur avance dans la compétition marchande. Cette ville détient le port le plus important de la Méditerranée parlant de volume de biens commerciaux.  Il est aussi le premier port de croisière d’Europe et le 4ème à l’échelle mondiale! La situation géographique de ce territoire catalan lui vaut ses exploits en affaires. C’est un accès direct au nord de l’Afrique, au reste de l’Europe, au proche et au moyen orient et un accès facile à l’Amérique. Nous n’oublions pas, non plus, l’aéroport de Barcelone et les chemins de fer qui relie la Catalogne aux grandes villes européennes.

L’instabilité politique et économique en Espagne: une opportunité de dépassement pour la Catalogne.

Joan Canadell, un entrepreneur catalan, a écrit le livre « Potencial d’Estat. Catalunya una força econòmica inimaginable » ferveur de l’indépendance catalane et a créé le «Cercle catalá de negocis» qui est un lobby séparatiste entrepreneurial. Il profite d’une absence de juridiction Espagnole pour verser, à Barcelone, les taxes (de son entreprise) qui sont supposées d’être envoyées à la capitale. Il développe la thèse selon quoi l’économie catalane est très viable en cas de séparation.

Selon ces propos, si le référendum est en faveur de l’indépendance de la Catalogne; son peuple en aura pour son argent avec « Barcelona » comme 4ème centre économique européen qui, peut-être, montera des échelons.

https://www.letemps.ch/economie/2016/02/12/catalogne-potentiel-economique-devenir-une-nouvelle-suisse

Économie

Barcelone, le nouveau centre économique européen

 

Une monnaie locale nouveau genre arrive à Barcelone

Il y a de cela 15 ans, l’euro était implanté dans douze pays de l’Union européenne. Porte-étendard d’un nouveau modèle économique, d’une quasi-fédération de marchés partageant une devise commune, la monnaie unique a toujours eu ses détracteurs et ses partisans, mais tous s’entendent pour dire que depuis 2002, l’économie a bien évolué.

Parmi les signes de ce changement de direction, le foisonnement des monnaies locales, dont l’usage et la valeur fiduciaire est restreint à une ville ou à une région donnée, illustre à merveille un retour relatif au « petit marché ». Alors qu’ici, au Québec, le mouvement de l’« achat local » a le vent en poupe, des villes européennes comme Bristol et Toulouse, elles, ont pris les devants en créant une économie parallèle dans leur aire urbaine dans le but d’encourager le marché local.

Billets de la Bristol Pound, monnaie locale « modèle » en Europe.

Ada Colau, mairesse de Barcelone, désire toutefois aller plus loin. Déjà dans sa plateforme électorale, avec laquelle elle a supplanté le maire sortant aux élections de 2015, elle parlait d’implanter une monnaie parallèle, qu’elle qualifiait dès lors tant de « locale » que de « sociale ».

Ada Colau, mairesse de Barcelone depuis 2015.

L’usage de cette monnaie, dont la forme et le nom exacts restent encore à déterminer, ne viserait pas uniquement à encourager l’achat local; la devise barcelonaise permettrait également à la ville de financer de petites entreprises et même d’octroyer des subventions et des microcrédits à des personnes en situation précaire.

Logo du projet.

Mais c’est justement là que la future monnaie pose problème aux yeux de Madrid. En effet, la Banco de España avait déjà indiqué en 2015 craindre l’implantation d’une telle devise parallèle, qu’elle a qualifiée d’« indésirable », voire d’« impossible », en dépit des exemples de réussite comme la ville de Bristol, au Royaume-Uni.

Les opposants au projet dénonce également que la monnaie soit associée, à leur avis, au mouvement indépendantiste, même si son usage en soi n’encouragerait que l’économie locale dans la région de la capitale. De ce fait, le Partido Popular de Catalogne, parti conservateur anti-indépendance, rejette l’idée du revers de la main.

2017 devrait pourtant voir les balbutiements du projet de monnaie unique, qui, si elle est bel et bien introduite cette année, risque fort d’être virtuelle. D’ici deux ans, elle circulerait dans des quartiers moins nantis de Barcelone, avant d’intégrer l’économie de toute la ville en 2019.

Si cette monnaie sociale est un succès, Barcelone deviendra la plus grande ville européenne à mener à bien un tel projet. Tout ce dont Ada Colau et ses conseillers ont besoin, c’est une confiance forte en cette devise, sans laquelle elle se tranformerait en un projet mort-né. Heureusement, si la tendance se maintient, une importante partie des conseillers à la mairie et une majorité des Barcelonais seront favorables à l’initiative de la mairesse et chef de Barcelona en Comú.

Qui sait donc si, près de dix ans après la crise économique ayant durement frappé le pays, Barcelone ne deviendrait pas dans quelques années le porte-étendard d’une nouvelle économie à échelle plus humaine et aux motivations anticapitalistes. Dossier à suivre!

Sources:

http://gaceta.es/noticias/junqueras-eurocat-moneda-catalana-independencia-30052016-1152

http://www.20minutos.es/noticia/2888065/0/prueba-piloto-barcelona-moneda-local-virtual-ada-colau-en-comu-podem/

http://www.larazon.es/espana/junqueras-impulsa-la-moneda-catalana-en-pleno-riesgo-de-quiebra-AB12754253

http://ccaa.elpais.com/ccaa/2016/11/14/catalunya/1479126762_781950.html

Images:

http://insurgente.org/wp-content/uploads/2016/11/monnedadd-620×330.jpg

https://www.quien.net/wp-content/uploads/Ada-Colau.jpg

http://cooperativa.cat/wp-content/uploads/2014/12/LOGO_MONEDA-SOCIAL-310×336.jpg

 

L’aranais, la troisième langue oubliée de Catalogne

Les langues officielles du Pays Basque sont le basque et l’espagnol; celles de la Galice, le galicien et l’espagnol; et celles de la Catalogne, le catalan et l’espagnol… ah oui! et l’aranais!!!

Souvent oubliée, l’aranais est pourtant la troisième langue officielle de Catalogne depuis 2010. Parlée exclusivement dans le Val d’Aran par environ 6000 des 11 000 habitants de cette comarque, elle profite de ce fait d’un statut particulier dans la communication avec la Generalitat et ses institutions. En effet, il incombe à l’État catalan de fournir des services écrits et oraux dans cette langue à qui l’utlise pour entrer en contact avec une institution du gouvernement de la communauté autonome. Bien entendu, comparativement au catalan et à l’espagnol, son usage demeure restreint en Catalogne, mais l’aranais sert également de langue véhiculaire dans les communes du Val d’Aran.

Exemple de ce trilinguisme étatique : l’aranais en tête sur le bulletin de vote au référendum populaire de 2014 pour l’indépendance de la Catalagne.

Il s’agit d’un dialecte de l’occitan, langue latine parlée principalement en France, mais dont l’espace linguistique empiète sur l’Italie et légèrement sur l’Espagne, uniquement dans le Val d’Aran. Fait à noter d’ailleurs : l’aranais est la seule forme d’occitan ayant un statut officiel, en plus d’être une de ses variétés les plus parlées en terme de pourcentage sur un territoire donné.

Carte de l’Occitanie.

À cet égard, l’aranais fait en effet bonne figure. Des données de 1996 indiquent que neuf habitants du Val d’Aran sur dix comprennent la langue à l’oral et que près des deux tiers peuvent la parler. La comarque étant plutôt rurale, ses presque 60 % d’habitants pouvant la lire tracent également un portrait assez positif.

Toutefois, seul un quart de cette population peut l’écrire, ce qui la place malgré tout dans une situation précaire, quoique moins que la majorité des variantes dialectales de l’occitan étudiées et suivies jusqu’à nos jours par les sociolinguistes.

Heureusement, des mesures de revitalisation sont en branle et un certain élan s’observe. La langue est très présente dans les milieux préscolaires et primaires du Val d’Aran, et son usage est en légère augmentation dans les établissements d’enseignement de niveau secondaire de la comarque depuis l’obtention du statut de langue officielle il y a sept ans. La radiodiffusion et la télédiffusion en aranais sont également en hausse, et les programmes offerts par la CCMA («Corporació Catalana de Mitjans Audiovisuels ») en sont un bon exemple.

Je vous invite donc à vous informer au sujet de cette langue, que vous pouvez même, si vous vous sentez « d’attaque », apprendre grâce à du matériel présent… à la Médiathèque!

Descorbitz-ac! (Découvrez-la!)

Sources :

http://www.caib.es/conselleries/educacio/dgpoling/user/catalaeuropa/castella/castella9.pdf

http://elpais.com/diario/2010/09/23/catalunya/1285204049_850215.html

https://books.google.ca/books?id=GkF-CwAAQBAJ&pg=RA1-PA700&lpg=RA1-PA700&dq=aranés&source=bl&ots=tXjUUf0nbk&sig=-oI3-IPcPs6V_FvdhJBRl3KBxKk&hl=de&sa=X&ved=0ahUKEwjXsIO5v53SAhUC84MKHb5uDpE4ChDoAQhWMAk#v=onepage&q=aranés&f=false

Images :

http://4.bp.blogspot.com/-xCDdn_mCBFg/VCa7BKSj1aI/AAAAAAAAL7E/lIzd1zvDQpY/s1600/Imagen%2B10.png

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/d3/Carta_Occitania.pdf/page1-904px-Carta_Occitania.pdf.jpg

« Le Catalan » : un train historique

Le Talgo est l’un des plus ancien trains d’Europe qui fut crée en 1955 par l’ingénieur Oriol et l’entrepreneur Goicoechea, dont découle la dénomination « Tren Articulado Ligero Goicocechea Oriol » et qui reliait à l’époque Genève à Port-Bou.

Aussi surnommé « Le Catalan », c’est une ligne ferroviaire mythique qui assura à partir de 1969 la liaison complète entre la capitale suisse et Barcelone. En effet il s’agit du premier train à pouvoir circuler sur les écartements des voies franco-suisse et ibériques via un « intercambiador » et nécessitant une halte à Port-Bou pour pouvoir faire le changement de rails. Son itinéraire fut sensiblement modifié au cours des ans et à partir de l’année 1994, il ne circulerait plus que de Montpellier jusqu’à Barcelone. Le 18 décembre 2010, il effectua son dernier voyage, remplacé par la suite par un TGV reliant Paris à Figueras.

El «Catalán Talgo», a Ripoll Foto: José Manuel Gutiérrez.

El Talgo torna a passar per la R3

Resté célèbre pour son cachet atypique des années 60 et sa décoration intérieure, son wagon-restaurant, il accueillait des voyageurs de première et seconde classe. Au jour d’aujourd’hui, le Talgo Catalan demeure une emblème aux yeux des passionnés de lignes de chemin de fer et il existe une association la « Federació catalana d’amics del ferrocarril » qui organise des voyages inédits dans le célèbre train, pour un voyage dans le temps.

 

Sources:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Catalan_Talgo

http://www.naciodigital.cat/noticia/84047/talgo/desperta/molta/expectacio

Viatge Barcelona-Puigcerdà amb el Catalan Talgo

 

Nostrum: Un des exemples les plus emblématiques de l’esprit entrepreneurial catalan

Il est impossible de détacher l’esprit entrepreneurial de la Catalogne. Tout au long de l’histoire, Catalogne a été le berceau des entrepreneurs et des marchands ayant ouverts des nouvelles perspectives dans le monde des affaires. De nos jours, la chaine Nostrum prouve encore une fois le caractère créatif, imaginaire du peuple catalan. La marque est née à Barcelone en 1998 par Quirze Salomó.

Fondateur et CEO de Nostrum: Quirze Salomó

Source de l’image: http://franquicias.emprendedores.es/noticias-del-sector/hosteleria-low-cost/casos-de-exito

 

Franchise Expo 2016

Le caractère avant-gardiste catalan qui se fait pleinement sentir dans l’art avec Dali et Picasso, dans l’architecture avec Gaudi et dans la science avec Raymond Llull, façonne la marche glorifiante de l’entreprise catalane Nostrum. En ce qui concerne la stratégie de l’entreprise, le fondateur Quirze Salomó déclare que la chaine en restant dans une échelle de prix allant de 1 à 3 euro, offre aux clients les saveurs de la cuisine familiale et son concept de « fast-good ».

Source de l’image: http://www.econostrum.info/Petits-  prix-et-grandes-ambitions-pour-Nostrum_a19498.html

 

Source de l’image: http://www.nostrum-blog.eu/cuando-en-nuestra-nevera-solo-tengamos-platos-nostrum/

Ce qui fait de Nostrum une source d’inspiration pour les entrepreneurs, réside dans sa volonté d’apporter un nouveau souffle aux habitudes gastronomiques européennes. Cela se traduit par son objectif courageux, qui est de constituer une alternative aux marques américaines. Cet objectif ambitieux a conduit la marque vers des nouvelles directions telle la France. Les branches de la marque en France démontrent que, la marque a réussi à séduire le goût des français. Les habitants de Paris, Bordeaux, Avignon, Aix en Provence, Montpellier, Lyon, Lille ont le privilège d’accueillir les chaines de Nostrum. Par contre, ce succès ne satisfait pas l’entreprise catalane qui vise toujours plus loin. Cela se traduit par le but d’ouvrir, 250 restaurants en France dans 5 ans et 400 restaurants dans les autres régions européennes. Même si le restaurant a dépassé les frontières de la Catalogne, le caractère novateur catalane est toujours au cœur de la marque durant son voyage commercial. Ce caractère novateur se traduit, par la découverte d’un nouveau modèle durant la crise économique espagnole. Selon son fondateur, ce nouveau modèle trouvé malgré les difficultés dues aux crises économiques, constitue un point important de la réussite de la marque.

Source de l’image: https://www.snacking.fr/news-3050-Quirze-Salomo—-Nostrum-vise-les-400-unites-a-5-ans-.php 

BIBLIOGRAPHIE

Articles:

Vidéo:

Aux amateurs de cyclotourisme: les plus belles randonnées cyclistes de Catalogne

Les paysages des Pays catalans sont simplement à couper le souffle, sans parler du patrimoine culturel d’une grande richesse. Pour les amateurs de cyclotourisme, malheureusement, la partie ibérique des Pays catalans n’est pas la région la plus adaptée pour notre activité fétiche. La raison est simple: des accotements étroits, voire la plupart du temps inexistants, des routes sinueuses où la plus grande prudence est de mise pour ne pas se faire happer et finalement des routes le long du littoral qui, en période estivale, sont bondées de touristes plus attentifs aux plages exotiques qu’à la cohabitation vélo-auto.

. . (Dani Codina)

Photo: http://www.catalunya.com/que-hacer/activate/salimos-en-bici

La bonne nouvelle, c’est que ces obstacles ne nous arrêteront pas dans notre vélophilie, et que plusieurs mesures peuvent être prises pour garantir un minimum de sécurité. Outre la prudence, regardez d’avance à quoi ressembleront les routes que vous emprunterez, sur l’option street view de google maps par exemple, ou, encore mieux, rencontrez des cyclistes locaux, par la communauté d’hébergement de cyclotouristes Warmshowers par exemple, pour qu’ils vous donnent leurs conseils. Aussi, évitez le littoral en période estivale et soyez aux aguets pour ne pas vous enfoncez dans un terrible tunnel pyrénéen souvent interdits aux amateurs de voiture à deux roues à propulsion musculaire.

Je vous propose ici trois itinéraires à vélo très accessibles étant donné qu’ils représentent des Vies Verdes, c’est-à-dire des routes vertes.

1- Delta de l’Ebre – Horta de Sant Joan
Courte, mais d’une beauté sans pareil, cette piste cyclable part du Delta de l’Ebre, longe ce fleuve magnifique et coupe dans les montagnes pour atteindre une magnifique plaine vallonnée, le tout sur un sentier très bien aménagé. Entre les gares de cet ancien chemin de fer, profitez-en pour visiter le Delta de l’Ebre, entre terre et mer, Tortosa avec son patrimoine des grandes civilisations qui s’y sont succédées, admirer l’Ebre et les montagnes et finalement Horta de Sant Joan, cité médiévale au coeur d’une plaine magnifique. Si vous les souhaitez, continuer jusqu’à Alcaniz, en territoire non-catalonophone toutefois.

Photo: http://nosequefer.com
2- Sant-Feliu de Guíxolls- Ripoll
Wow! Plus de 150km du plus vélo que vous allez faire de votre vie, au norde de Barcelone entre Sant-Feliu de Guíxolls, cité balnéaire au bord de la Méditerranée, et Ripoll, cité médiévale des Basses Pyrénées. À moins que vous la fassiez dans l’autre sens, préparez-vous à monter, sinon la géographie ibérique aura tôt fait de vous forger des mollets d’acier. Jusqu’à Girona, espérez quitter au plus vite le littoral bondé pour vous réfugier dans les collines de forêts mixtes, avant de resurgir dans une plaine agricole. Prenez votre souffle à Girona pendant deux jours si vous n’êtes pas pressé, puis disparaissez parmi les volcans qui vous accompagneront jusqu’à Olot, petite bourgade sympathique. Désormais, enfuyez-vous dans une nature séduisante jusqu’à Ripoll, en passant par le magnifique bourg médiéval de Sant Joan de les Abadesses avec son agréable monastère bénédictin construit par notre fameux Wilfred le Velu au IXè siècle. Arrivés à Ripoll, vous pourrez enfin dormir.
Foto de Via Verde Ripoll- Olot- Girona
Photo: https://es.wikiloc.com/wikiloc/imgServer.do?id=1168947
3-Le périphérique de Barcelone
Pour découvrir Barcelone d’une autre façon, enfourchez votre bolide et partez à la découverte de la périphérie barcelonaise. Vous traverserez les quartiers touristiques du littoral, mais aussi les quartiers industriels de la banlieue, souvent surélevés, d’où vous garderez une vue agréable sur la capitale, mais sans l’agitation parfois irritante de ses quartiers centraux. Planifiez-vous une bonne journée pour parcourir ces 75 kilomètres de tourisme hors-circuit.
 Photo: http://bici-vici.blogspot.ca/2012/04/la-ronda-verda-de-barcelona.html
Sources:
-Barcelone et la Catalogne, Michelin, Le Guide Vert, Paris, 2014.
-Bibi-Vici, Rutes en bici: BTT i cicloturisme, http://bici-vici.blogspot.ca/2012/09/rutes-en-bici.html.