Racontes d´un enfant qui penssait que Vigo-Pontevedra etait L´espagne et la Catalogne.

 

Il y a de nombreuses façons de connaître un pays ou une culture, mais quand vous êtes un enfant, ces façons de savoir ont généralement un air de magie et sont des images qui restent pour toujours, que ce soit sous forme d’arôme, de goût, de son, ou même d´idée. En 1982 j’avais à peine 8 ans, mais à cet âge beaucoup de choses me trottaient dans la tête, pour un enfant d’une petite ville d’un petit pays d’Amérique du Sud comme le Venezuela, en pensant à des pays lointains comme l’Espagne ou le Canada, était d’une manière improbable, à moins bien sûr que certaines choses spécifiques qui se rapportent à eux, par exemple, la Coupe du monde de football en Espagne 1982 et aussi le fait d’être un garçon de 8 ans qui a recueilli des timbres postales.

                                      

Ces deux choses m’ont permis en premier lieu de savoir qu’il y avait une place en Europe appelée Espagne où il y avait une orange qui riait et jouait au football! Grâce à cela et une professeure d’origine espagnole qui m’ont donné des cours en 4 ans à l’école, j’ai commencé à échanger des timbres postaux avec son neveu qui vivait à Vigo-Pontevedra-Espagne et je me souviens très bien de cette adresse qu’il a été écrit sur les enveloppes postales. La vérité j´était déjà un peu fatigué des timbres que mon ami m’a envoyé depuis qu’ils avaient tout le visage d’un vieil homme et seulement changé la couleur du donc

                       

Alors, un jour, j´ai écrit à mon ami pour lui demander si, à Vigo-Pontevedra-España, il n’y avait pas des timbres différents qui n’avaient pas le visage de ce vieil homme.

Et il a répondu que oui, qu´il y en avait beaucoup d’autres timbres et il m’a promis de m’envoyer des timbres différents le mois suivant.

Je me souviens avoir passé un mois entier très heureux en attendre les timbres postaux que mon ami de Vigo-Pontevedra-Espagne m’enverra et ma déception était complète quand j´ai reçu  différents timbres, non plus avec le visage du vieil homme de différentes couleurs, mais avec le visage d’un autre vieil homme qui n’avait aucune idée de qui il était.

       

J’ai bien compris que le garçon de Vigo-Pontevedra-España me trompait, car il ne m’envoyait que des timbres laides tant que je lui envoyait des  beaux timbres de mon pays comme ceux-ci:

Il ne m’a envoyé que des timbres aux visages de vieux messieurs de différentes couleurs, alors je lui ai écrit:

Cher Ami Eduardo:

Je regrette de te dire que je ne pourrai pas changer plus de timbres avec toi, car les timbres de Vigo-Pontevedra-Espagne sont tous les mêmes, et je ne les aime pas beaucoup.

Le mois suivant, j’ai reçu une lettre qui disait:

Cher Ami César: il t’a envoyé ces timbres que j’espère que tu aimes, et c’est à ce moment que mon appréciation de Vigo-Pontevedra-Espagne a complètement changé grâce a les timbres qu’il m’a envoyés:

   

 

                         

Comme tous les enfants, j’étais très attiré par les timbres colorés, mais un jour j’ai reçu un timbre en noir et blanc qui est devenu l’un de mes timbres préférés, un timbre postal que j’adore, ici je vous montre ce que c’était.

Ainsi, grâce à mon ami de Vigo-Pontevedra en Espagne, j’ai pu rencontrer et voyager de ma maison avec un peu de fantaisie et quelques visites à la bibliothèque pour savoir de quoi parlaient les timbres que je recevais, alors j’ai appris que le premier vieux homme de qui je ne voulais plus recevoir de timbres, il s’appelait Francisco Franco et il était dictateur en Espagne (il est important de souligner que quand on disait vieux, il n’y avait pas de jugement de valeur, il faut se rappeler que pour un enfant de 8 ans toutes les plus âgées de 18 années sont vieilles). J’ai aussi découvert que l’autre vieil homme était le roi Juan Carlos, et j’ai appris qu’à Vigo-Pontevedra-Espagne il y avait un roi, parce que mon pays n’avait pas de roi.

               

J’ai découvert qu’il y avait un artiste qui a fait de magnifiques œuvres appelées Joan Miro. Et j’ai aussi découvert que mon timbre préféré était un tableau intitulé Guernica et racontait l’histoire d’un bombardement dans une ville loin de mon ami Vigo-Pontevedra-Espagne, et que l’homme qui l’a peint s’appelait Pablo Picasso. J’ai donc demandé à Eduardo de m’envoyer un autre sceau de M. Pablo Picasso et il m’a envoyé ceci:

                                                

J’ai découvert l’art rupestre et les grottes d’Altamira, Don Quichotte et Cervantès et j’ai vu pour la première fois de ma vie le dessin d’une femme nue qui s’appelait « La Maja desnuda » .

                    

Et j’ai découvert que quelque part un peu plus loin de l’Espagne Vigo-Pontevedra, il y avait une église très rare qu’un homme nommé Antonio Gaudí a construit, et l’église a été appelée la « Sagrada Familia ».

Le monde était différent, Internet n’existait pas, il fallait aller au bureau de poste pour envoyer des lettres et si vous vouliez des informations vous ne pouviez pas aller sur Wikipedia, il fallait simplement aller à la bibliothèque. De telle sorte que la philatélie était mon premier encyclopédique, ma première façon de voyager autour du monde et aussi bien que je connusse l’Espagne, qui pour moi était Vigo-pontevedra-Espagne, j’étais capable de savoir des choses du Canada, de l’URSS, de Maymar, de l’Italie et de beaucoup d’autres endroits qui, pour un enfant de peu de ressources d’un pays sud-américain, auraient été totalement impossibles à connaître. J’ai pu le faire grâce à ma passion pour les timbres-poste et mon ami de Vigo-Pontevedra-Espagne.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *