Images

Ciutat Meridiana «Le quartier de Barcelone où les enfants ne mangent pas à leur faim »

L’école est au bout de la Carrer Perafita, tout en haut de Ciutat Meridiana, le quartier le plus pauvre de Barcelone, tristement baptisé depuis 2009 le quartier des expulsion. Coincée entre la forêt de Collserola et des barres d’immeubles délabrés, l’école Mestre Morera est un refuge pour des enfants qui n’ont connu que la crise. À l’heure de la récréation, il y a des cris, des rires et des pleurs. Comme dans n’importe quelle école, des garçons jouent au football : ils ne jurent que par leurs idoles du Barça. Lorsque l’un d’entre eux marque un but, les gamins explosent de joie, comme s’ils avaient remporté la Ligue des champions. Un peu plus loin, des filles âgées d’une dizaine d’années imitent les stars de la télé-réalité. L’école Mestre Morera ressemble à n’importe quel établissement espagnol. Pourtant, parmi ces enfants, «certains ne mangent pas à leur faim».

La directrice de l’école, depuis 2005, à lancé un cri d’alarme en 2012. «La crise a fait des ravages dans le quartier et les enfants en sont les premières victimes», témoigne celle dont l’appel à l’aide a marqué les esprits dans une ville que l’on disait relativement épargnée par la crise. «Nous nous sommes rendu compte que des enfants ne mangeaient pas à leur faim car, à la cantine, ils ne connaissaient pas certains aliments basiques.» La plupart des élèves ont un, voire deux parents au chômage. Les familles du quartier (11 000 habitants) subsistent avec l’aide pour les chômeurs en fin de droit, qui s’élève à 426 € par mois. La directrice n’hésite pas à parler de malnutrition : «Nos enfants ne risquent pas de mourir de faim comme en Afrique, mais nous sommes arrivés à une situation extrême, beaucoup d’entre eux souffrent de sérieuses carences alimentaires.»

https://es.wikipedia.org/wiki/Ciudad_Meridiana (en espagnol)

https://www.partirdemain.com/visiter/quartier-ciutat-meridiana-598

http://www.lemonde.fr/sport/article/2013/09/12/a-ciutat-meridiana-le-sport-cimente-le-quartier_3476712_3242.html

Résultats de recherche d'images pour « ciutat meridiana »

 

Résultats de recherche d'images pour « ciutat meridiana »

Résultats de recherche d'images pour « ciutat meridiana enfants »

Le livre de l’ami et de l’aimé/Llibre d’amic e amat

Ramon Llull, naît en 1232 à Majorque et meurt probablement en mer au large de cette île en 1315, suite à ses blessures subies par une foule hostile à Tunis ou à Bougie. Il est sûrement l’inventeur du catalan littéraire. Il est le premier à utiliser cette langue vernaculaire en opposition à la langue véhiculaire de l’époque le latin, pour exprimer des connaissances philosophiques, scientifiques et techniques. À ses 30 ans en 1265, il subit une foudroyante conversion qui le poussa à tout abandonner pour se mettre à réfléchir et à écrire sur le christianisme et d’une méthode afin de convertir le plus de gens possible. Exactement comme le précise Michel Cazenave dans la préface du Livre de l’ami et de l’Aimé de l’édition Bartillat 2008 : « C’est peut-être là, en fin de compte, l’une des singularités des franciscains de ce siècle, qu’après avoir épuisé les délices humains, ils se retournent vers Dieu pour goûter au pur amour.». Voyageur infatigable et polyglotte il ira prêcher ses idées à travers une grande partie du monde connu de l’époque.

 

 

Voici les plus importantes Influences du Livre de l’ami et de l’Aimé :

Premièrement il y a forcément le Cantique des Cantiques, un livre de la bible faisant partie de la Septante, la version grecque ancienne de la totalité des Écritures bibliques de l’Ancien Testament. Probablement le livre de la bible le plus poétique, il fut rejeté au départ à cause de ses nombreuses images érotiques.

Deuxièmement, il y eut aussi la littérature provençale (poésie provençale) et les littératures occitanes. Les poésies des troubadours représentent en grande partie tout ce qui reste de la littérature provençale. Écrite en langue d’oc/occitans (Sud de la France) à ne pas confondre avec la langue d’oïl (Nord de la France) qui se transformera plus tard en français.

Troisièmement, la théologie arabe (mysticisme soufi) influencera aussi l’œuvre de Llull.

 

LLULL, Ramon, 2008, Le livre de l’ami et de l’Aimé, traduit du catalan par Guy Lévis Mano et Josep Palau, éditions Bartillat.

RÀFOLS-SAGUÉS, Elisabet, chargé de cours Université de Montréal, Note de cours Panorama des littératures catalanes (automne 2017), CTL 1140.

WIKIPEDIA, Cantique des Cantiques, [en ligne], https://fr.wikipedia.org/wiki/Cantique_des_Cantiques, [page consulté le 15 octobre 2017].

WIKIPEDIA, Ramon Llull, [en ligne], https://fr.wikipedia.org/wiki/Raymond_Lulle [page consulté le 10 octobre 2017].

Ramòn Berenguer IV

Né en 1131, fils de Ramòn Berenguer III et Dolça de Gavaudan (Douce de Gévaudan) il fut le comte de Barcelone ainsi que de Gérone. On l’appelait également le Saint. Il se maria à l’âge de 24 ans avec Pétronille d’Aragon alors âgée de 14 ans, héritière du royaume du même nom, ce qui eut pour effet d’assurer l’union de ses domaines, ainsi que ceux du royaume d’Aragon. Cette union était prévue par les accords matrimoniaux de Barbastro dés 1137. Les conquêtes de Ramòn IV s’Étendent vers le sud (voir image 1), principalement contre les règnes Musulmans.

Rapidement, Raimond-Bérenger IV entame la reconquête de plusieurs villes aragonaises, perdues à la suite de la défaite de Fraga : en 1141, il a déjà repris, dans la vallée de l’Ebre, Pina de Ebro et Velilla de Ebro, et dans la vallée du CincaAlcolea de Cinca et Chalamera. En 1142, c’est au tour de Monzón, tandis qu’il organise le repeuplement de Daroca.

Ramòn IV continue ses conquêtes sous la forme de croisades jusqu’en 1156, 6 ans avant sa mort. Tous ses territoires conquis seront redistribués à ses fils et sa femme en 1162.

 

Ramon Berenguer III

Celle-ci est une petite travail sur Ramon Berenguer III, la source initiale a été une brève investigation en Wikipédia, par conséquent celle-ci sujet à des changements postérieurs, au fur et à mesure que je réaliserai une investigation un peu, mais profonds sur le personnage.
Initialement il y a plusieurs points qui m’ont marché de grand inters sur ce personnage, initialement sa relation avec le CID, connue comme le Cid Campeador, qu’a fait une convention avec Ramon Berenguer III, et a fait unir sa fille Maria avec lui.

Un autre facteur très important que je trouvé particulièrement intéressant, a été la politique de mariages que lui a utilisés pour obtenir plus pouvoir à l’intérieur de la région, à part de se marier avec la Fille du CID, de même a eu la vision de se marier à sa fille Jimena avec le comte Bernardo III de la Provence, de la même manière, lui personnellement se marie avec Dulce de Provence, qui l’a garanti même, mais son pouvoir sur les territoires de Provence.

 

BARCELONA DE NIT

Si tu prévois de visiter Barcelone et tu aimes la vie nocturne, bonnes nouvelles!… Barcelone ne dort pas. Le grand nombre d’alternatives offertes pour profiter de la nuit de Barcelone, lui donne une renommée internationale. En effet, il y a des options pour tous les goûts et tous les âges.

RICOH IMAGING COMPANY, LTD

 

Si, par exemple, on a envie de se promener, de manger, de boire ou de danser, la ville est pleine de bars, pubs, terrasses et discothèques de très bonne qualité et si bien est vrais que partout dans la ville il y a des places ouvertes tard dans la nuit, il y a de certaines zones qui se démarquent du reste. On a, entre d’autres, par exemple, le Passeig de la Barceloneta et le Puerto Olímpico, zone qui est la plus populaire et attrayante de Barcelone pour les touristes. Une autre zone qui se démarque est l’Eixample, le quartier le plus grand et le plus centrique de Barcelone. Là-bas, on trouve les rues et les places les plus connues de la ville. Ainsi, on a le Passeig de Gràcia, la Rambla de Catalunya, Plaça Catalunya et de La Gran Via de les Corts Catalanes, où les restaurants et les bars sont excellents pour manger et s’abreuver.

 

Maintenant et comme c’est logique pour une ville favorisée par l’art, si vous voulez le combiner avec la nuit, il y a aussi de nombreuses options pour en profiter en fonction de la période de l’année. En mai par exemple, on a la célèbre Nuit des Musées, où plus de quatre-vingts centres ouvrent leurs portes gratuitement pour profiter des expositions, des visites guidées, des concerts et de nombreux spectacles. Aussi et tout au long de l’année, l’éclairage des avenues principales et des lieux emblématiques de la ville permettent de vivre également une expérience spectaculaire. Le mois d’avril par exemple, on célèbre le Festival de Barcelone VisualSound dans lequel des images sont projetées sur une surface ou sur de bâtiments pour les transformer par des effets spéciaux 3D. Pendant l’été, faire un tour sur le Bus Turístic de Nit est une option fortement recommandée. D’autre part, à la fin de septembre, on a le Festival Mercè qui offre de la musique, la danse, des cirques et d’art sur la rue.

Définitivement, une visite à Barcelone ne te laissera pas indifférent.

http://sweetbcnapartments.com/es/por-donde-salir-en-barcelona-por-la-noche-y-que-hacer-consejos/

https://www.conocerbarcelona.com/salir-de-fiesta

Sant Jordi

Le 23 avril de chaque année depuis le XVe siècle on célèbre le jour de Saint Jordi, patron de Catalogne depuis 1094.  Cette fête traditionnelle exalte l’amour, la culture et le patriotisme.  Ainsi, pour pouvoir comprendre le sens de cette célébration, nous devons connaître la légende de Saint Jordi.

La légende raconte qu’il y a plusieurs années, un dragon féroce terrorisait Montblanc.  Les habitants de cette ville étaient désespérés, la faim du dragon était insatiable.  Pour calmer son appétit, ils ont été forcés d’offrir des moutons tous les jours. De cette façon, ils ont pu vivre avec une relative tranquillité pendant un certain temps, mais, un jour, il n’y avait plus d’animaux à offrir à la bête.  Pour éviter l’attaque de la bête alors, le peuple a décidé d’offrir un voisin à chaque jour faisant un tirage entre eux afin de décider qui serait le sacrifié, la famille royale incluse.

 Le destin a voulu qu’un jour la personne élue soit la fille du roi.  Au moment où la fille du roi allait être déglutie par le dragon, un cavalier s’est présenté, l’a sauvée et a tué le dragon.  Ce cavalier était Saint Jordi.  À la place où le sang du dragon s’est écoulé, un rosier de roses rouges est né.  Saint Jordi en a pris une et l’a offert à la princesse. Le cavalier a aussi trempé ses quatre doigts dans le sang du dragon et a dessiné quatre barres sur son écu doré.

 Ainsi, cette légende, entre d’autres, raconte l’origine du drapeau catalane et aussi, depuis ces jours, invite les hommes à donner une rose à sa bien-aimée lorsqu’on commémore Saint Jordi.

Maintenant, pour comprendre la célébration en sa totalité, il faut ajouter qu’en 1995, l’UNESCO a déclaré le 23 avril comme la journée mondiale du livre.  Pour cette raison, les villes catalanes, surtout Barcelone, sont devenues des librairies-fleuristeries ambulantes où les amoureux vivent un deuxième Saint Valentin.  L’homme donne une rose rouge à sa bien-aimée et elle lui donne comme cadeaux un livre.  Catalogne, décorée toujours avec sa Senyera, s’habille de fête.

http://www.mecd.gob.es/dctm/ministerio/educacion/actividad-internacional/consejerias/reino-unido/presentaciones-aux-conversacion/2011/leyendas-final.pdf?documentId=0901e72b80f784a5

http://www.spain.info/es/reportajes/la_fiesta_sant_jordi.html

http://santjordi.yaia.com/historia.html

Christophe Colomb était catalan?

Avez-vous entendu la phrase qui dit que l’histoire est écrite par les vainqueurs. Eh bien, il existe des historiens catalans qui défendent que la découvert d’Amérique a était une initiative catalane manipulée postérieurement par l’état espagnol. En ce sens, ces chercheurs disent que Christophe Colomb était catalan et qu’il était un noble appelé Joan Colom Bertran de la maison de Columbus Barcelone, ancien lignage catalan lié à l’histoire de la Catalogne entre les siècles XIV et XV.

En effet, ils soutiennent qu’existent assez d’indices, de faits et de circonstances que, de manière conjointe, constituent les arguments de cette thèse. Parmi les plus frappants ou les plus remarquables, on a que, selon des expertes en linguistique, Colomb ne parlait ni la génoise ni aucun autre dialecte italien et, par contre, il parlait castillan, portugais et catalan. Un exemple communément cité pour illustrer ce fait, entre autres, indique que, aux moments où il a dû rédiger de lettres aux banques italiennes, il l’a fait dans un castillan imprégné de catalanismes.

Parmi les faits frappants, on a aussi que le Roi Fernando D’Aragon se référait à lui comme « le vénérable vieux ». En conséquence, la date de la naissance de Colomb doit être différente à celle du personnage Génoise appelé Cristoforo Colombo (1451). En effet, si l’on considère que l’année 1414 est l’année de la date de la naissance de Joan Colom et que le début de l’entreprise de la découvert de l’Amérique a commencé en 1492, on trouve que c’est plus logique d’être nommé « le vénérable vieux »  si l’on est âgé de soixante-dix-huit ans ou plus au lieu qu’âgé de quarante et un ans.


Vraiment, si l’on jette un coup d’œil sur les arguments que les historiens catalans s’escriment à défendre, certainement, notre attention va être attirée. Qui le sait, peut-être, dans quelque temps, ils vont arriver à changer l’histoire.
Institut Nova Historia. Consulté le 27 janvier 2017 en  https://www.inh.cat/search/Joan%20Colom

Colomb était catalan (s.d.). Institut Nova Historia. Consulté le 30 janvier 2017 en  https://www.inh.cat/articles/-Colom-era-catala-

Parallélismes et similitudes entre Christophe Colomb et Joan Colom Bertran (s.d.). Institut Nova Historia. Consulté le 30 janvier 2017 en  https://www.inh.cat/articles/Paral-lelismes-i-identitats-entre-Cristobal-Colon-i-Joan-Colom-i-Bertran