Ermessende de Carcassonne

Née autour de 975, Ermessende de Carcassonne (Ermessenda de Carcassonna en catalan) est l’une des quatre enfants (et la seule fille) du comte de Carcassonne Roger I et de sa femme Azalaïs (Adelaida). En 993, elle se marie, vraisemblablement à l’âge de 18 ans, avec Raimond Borrell, alors comte de Barcelone, de Gérone et d’Ausona.

En tant que comtesse consort sous le règne de son mari (992-1017), mère du comte Bérenger-Raimond I (1017-1035) et grand-mère du comte Raimond-Bérenger I (1035-1076), elle s’implique énormément dans le domaine de la politique. On lui doit notamment la formation des assemblées catalanes de la Paix et de la Trêve de Dieu, qui visent à éliminer les violentes pratiques féodales des seigneurs de cette époque, jugées trop barbares par l’Église catholique. En 1027, avec son proche conseiller et ami, l’évêque Oliva, Ermessende interdit les combats le dimanche, soit le jour du repos, entre les résidents du Roussillon (en actuelle Catalogne du Nord). Peu à peu, cette interdiction s’étend à d’autres jours de la semaine et aux autres régions de la Catalogne.

Ermessende voue une loyauté très grande pour sa famille. À la mort de son mari, en 1017, elle renonce à se marier une seconde fois afin de pouvoir mettre toute son attention dans la gouvernance des trois territoires comtaux, qu’elle dirige maintenant aux côtés de son jeune fils âgé d’à peine 12 ans. Elle reste officiellement régente jusqu’en 1023, alors que Bérenger-Raimond I atteint la majorité.

Néanmoins, malgré ce fort attachement aux valeurs familiales, Ermessende entre parfois en dispute avec son fils et, plus tard, son petit-fils. Bérenger-Raimond I affirme notamment, au moment de devenir majeur, être capable de régner seul, ce qui contrevient au contrat de mariage de sa mère. Le conflit est rapidement résolu, mais laisse tout de même des marques indélébiles sur les relations entre la mère et son fils.

Toutefois, les désaccords qu’elle entretient avec son petit-fils Raimond-Bérenger I, qui, en 1035, accède au trône au même âge que son père avant lui, sont encore plus intenses encore. En 1053, il kidnappe Almodis de la Marche, déjà mariée à un comte toulousain, et se marie avec elle peu de temps plus tard. Ermessende est furieuse de cette union et va même jusqu’à faire excommunier son propre petit-fils pour le punir.

Ermessende, qui a ainsi régné sur la Catalogne à trois reprises au cours de sa vie, s’éteint en 1058, à l’âge vénérable (surtout pour l’époque) de 83 ans.

Détail de la tombe d’Ermessende de Carcassonne (cathédrale Sainte-Marie de Gérone)

 

Sources :

https://sites.google.com/site/narracions/index-narracions/2-catalunya/biografies-de-dones-catalanes/01-reines-politiques/01-ermessenda-de-carcassona

https://sites.google.com/site/narracions/index-narracions/2-catalunya/biografies-de-dones-catalanes/comtesses-de-barcelona/ermessenda-de-carcassona

https://ca.wikipedia.org/wiki/Pau_i_Treva_de_D%C3%A9u

Crédit photo :

http://chroniquesdecarcassonne.midiblogs.com/tag/ermessende+de+carcassonne

3 réflexions sur « Ermessende de Carcassonne »

  1. Bonjour,j’ai comme un léger doute. La photo en page d’accueil ne serait-elle pas celle du phare de Cavalleria ? Au nord de Minorque? Quelle est le rapport avec votre thématique?

  2. Elle fut en effet une femme qui a beaucoup apporté à l’histoire de la Catalogne. Je t’invite à aller jeter un coup-d’oeil à mon article sur Yolande d’Hongrie, une autre femme qui a joué un rôle important dans l’histoire. https://www.mediatheque.cat/envolees/?p=1141
    Ça serait intéressant de voir qui ont été les autres femmes qui se sont engagées au fil du temps pour l’avancement du Royaume de Catalogne-Aragon!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *