Guillem de Cabestany

Guillem de Cabestany (ou Cabestanh en occitan) est un troubadour du Roussillon, donc poète de langue occitane. Il aurait vécu (possiblement!) entre 1162 et 1212.

La vie personnelle du personnage est très peu connue : on lui attribue neuf poèmes, dont le plus fameux est «  Lo dous cossire » (Le doux souci).

Tot jorn m’azire

Amors que·us mi defen,

s’ieu ja·l cor vire

ves autra, ni·m desmen.

Tout m’ avetz rire

e donat pessamen ;

pus greu martire

de mi nulhs hom no sen…

(Qu’à jamais me haïsse

Amour qui vous refuse à moi

si jamais je tourne mon cœur

vers une autre ou change d’avis.

Vous m’avez ôté le sourire

et donné le souci ;

il n’est pas d’homme qui ressente

un martyre plus cruel que le mien…)

Malheureusement pour le poète, son intérêt majeur se trouve dans son héritage légendaire, et non dans son existence réelle. La tragédie du cœur mangé par son amante est un récit célèbre qui se diffusera partout en Europe. Plusieurs versions après sa mort amplifieront le mythe du ”màrtir d’amor.”, et rajouteront des tournures plus dramatiques à certains épisodes ou reprendront presque exactement la légende. Selon celle-ci, Cabestany serait tombé en amour avec Saurimonda, la femme d’un comte provençal. Furieux, celui-ci aurait tué Cabestany et l’aurait donné à manger à la dame, qui se suicidera ensuite :

“Senyor, m’heu donat tan bona menja que mai més no en menjaré d’altra.” … i ella va córrer cap a un balcó i es deixà caure a baix, i així va morir.

(“Vous m’avez donné un plat si bon que jamais je n’en mangerai d’autre.”  … Et elle courut jusqu’à un balcon et se laissa tomber en bas, et ainsi mourut.)

Ce thème narratif venant sans doute d’Orient fut aussi appliqué à la vie de plusieurs troubadours. Le thème du « cœur mangé » est un motif qui se répète dans les récits d’amour courtois et dans les Vidas des troubadours. Loin d’être seulement des écrivains, ceux et celles-ci étaient aussi des personnages à part entière, auxquels on attribuait légendes et destins tragiques. Les Vidas étaient des textes à prétention biographique, qui se voulaient des classifications, des catégorisations, des auteurs du fine amor. Il y avait là une recherche, une volonté de créer une mémoire culturelle. Au-delà de sa production poétique, Cabestany est donc un exemple de la dramatisation des existences de ces célébrités médiévales, et du travail sur la mémoire qui s’y accomplissait déjà.

Sources :

Vikipedia – Guillem de Cabestany

Enciclopèdia.cat – Guillem de Cabestany

Université de Montpellier – http://disciplines.ac-montpellier.fr/catalan/sites/catalan/files/fichiers/dp/panorama/annexos-2.pdf

Mariella Di Maio – Le cœur mangé : Histoire d’un thème littéraire du Moyen Âge au XIXe siècle, p. 22 à 31

Simon Gaunt et Sarah Kay – The troubadours : An Introduction, p.246-252

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *