L’Exposition universelle de 1888

Du 8 avril au 9 décembre 1888, la ville de Barcelone accueille une Exposition universelle, la première à être organisée en Espagne. Cette édition porte sur le thème des beaux-arts, soit les formes les plus traditionnelles (peinture, sculpture, etc.), ainsi que sur celui des arts industriels, qui mélangent esthétique, technique et utilité. Ces deux thèmes sont plus qu’appropriés dans le cas de Barcelone, car la ville, tout comme le reste de la Catalogne, est en pleine période d’expansion économique, également marquée par un rayonnement artistique important : les années 1880 représentent à la fois la fin de la Renaixença et le début du modernisme catalan. D’ailleurs, l’Exposition universelle n’aurait sans doute jamais pu avoir lieu sans les importantes contributions financières des riches industriels de Barcelone, qui se sont regroupés dans un comité constitué par le maire de l’époque, Francesc de Paula Rius i Taulet, et auquel a notamment participé le célèbre poète Jacint Verdaguer.

Le site choisi pour y installer l’Exposition en est un très important d’un point de vue historique et symbolique, surtout aujourd’hui : il s’agit du Parc de la Ciutadella, justement aménagé pour l’occasion. Le terrain était alors vacant (mis à part le Palau del Parlament de Catalunya, un ancien arsenal, et quelques autres bâtiments) depuis 1868, soit l’année de la destruction de la citadelle, qui s’y était dressée pendant plus de 150 ans. C’est l’architecte Josep Fontseré, un ami d’Antoni Gaudi, qui est chargé du projet : il est aussi accompagné d’autres collègues, comme Josep Vilaseca i Casanovas, Lluis Domènech i Montaner, Antoni Rovira i Trias et Josep Amargos i Samaranch. Ensemble, ils donneront naissance à plusieurs édifices et monuments, comme l’Arc de Triomf, haut de 30 mètres, ainsi que le Castell dels Tres Dragons, qui servit alors de café-restaurant, et le Museu Martorell (géologie), le premier musée permanent de Barcelone.

Une légende populaire assez surprenante, mais aujourd’hui démentie, a même circulé au sujet des architectes engagés (ou non, dans ce cas-ci) pour le projet. En effet, l’ingénieur français Gustave Eiffel, selon ce que certains ont tenté de faire croire, aurait proposé aux organisateurs de l’Exposition de Barcelone un grand projet qu’il avait en tête, soit celui de la construction d’une grande tour métallique… Un projet de tour en bois de 200 mètres a toutefois bel et bien été proposé, mais il a été rejeté malgré l’engouement initial.

Au final, l’Exposition universelle de 1888, qui a rassemblé jusqu’à deux millions de personnes, a véritablement permis à Barcelone d’oublier son passé douloureux et de s’imposer en tant que grande capitale culturelle et industrielle du monde.

DiariOficialExpo-1053r.jpg
Affiche de l’Exposition universelle de Barcelone de 1888

 

Sources :

https://ca.wikipedia.org/wiki/Exposici%C3%B3_Universal_de_Barcelona

http://www.bie-paris.org/site/en/1888-barcelona

Crédit photo :

https://ca.wikipedia.org/wiki/Exposici%C3%B3_Universal_de_Barcelona

3 réflexions sur « L’Exposition universelle de 1888 »

  1. C’est très intéressant de voir à quel point toutes les expositions universelles de cette époque ont marqué les villes (que ce soit celles de Londres, Paris, et éventuellement Montréal)! Par contre, je ne suis pas certaine de comprendre… Eiffel aurait proposé son projet de tour eiffel à Barcelone, avant de le réaliser finalement en France?
    Finalement, peut-être que je joue sur les mots, mais… l’expo universelle aurait permis à Barcelone “d’oublier” son passé? J’imagine que tu abordes ici la volonté du modernisme de créer des projets nouveaux, tournés vers l’avenir. Mais il serait intéressant de voir si ces projets rejetaient totalement le “passé douloureux”… et si modernité est obligatoirement un synonyme d’oubli.

    1. Merci de ton commentaire! Je pense que j’ai manqué de clarté à certains passages! La légende de Gustave Eiffel a été démentie plus tard, faute de preuves, mais plusieurs semblent encore la croire aujourd’hui (les sources que j’ai trouvées se contredisaient beaucoup). Le projet de tour en bois (cette fois, une véritable anecdote) est venu d’un autre ingénieur français, un certain Lapierre. Cette tour était annoncée comme l’attraction principale de l’Exposition universelle de Barcelone, mais elle a été abandonnée en cours de route. Il est possible que la légende d’Eiffel provienne de cette vraie proposition, car les deux projets sont assez similaires. Bref, cette surprenante histoire s’est avérée fausse, mais je pensais que c’était intéressant de l’inclure, car elle semble encore assez répandue à Barcelone. Pour ce qui est de l’oubli du passé, je faisais surtout référence au fait que l’Exposition universelle a été tenue sur le terrain de l’ancienne citadelle, le symbole de l’oppression de Barcelone par la monarchie espagnole. On pourrait donc dire que les Barcelonais ont voulu faire table rase du passé (en détruisant la citadelle) et ont érigé de nouvelles choses à sa place (Parc de la Ciutadella et ses édifices modernistes). Toutefois, il est vrai qu’on ne peut pas toujours tout oublier de son passé : après tout, l’ancien arsenal de la citadelle a été conservé et est devenu le siège du Parlement de Catalogne!

  2. Article très intéressant et cette belle organisation de l’exposition universelle de 1888 reflète de bonnes relations entre la monarchie et la bourgeoisie industrielle catalane. Apporte une paix sociale et développement économique grace a ses oeuvres. L’art vaut beaucoup!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *