L’Illa de la discòrdia

À Barcelone, il y a un coin qu’en tant que visiteur, vous avez sûrement vu sans peut-être en connaître l’histoire. Je vous parle de l’Îlot de la Discorde, « l’Illa (ou mansana) de la discòrdia », situé au cœur de la ville, bien au milieu del Paseig de Gracia, qui est la plus belle rue de Barcelone à mon avis.

Dans cette rue, on y trouve les bâtiments les plus magnifiques et majestueux de Barcelona.  À chaque côté de la rue, sur les trottoirs, on y trouve de lampadaires et des petits bancs conçus par Gaudi, qui a également conçu le pavement du trottoir, un ensemble d’hexagones avec une pieuvre, une algue et un coquillage.

L’origine de son nom est plutôt intéressante : selon le plan Cerdà de l’eixample de Barcelone, un bloc de bâtiments avec quatre rues que l’entourent s’appelle une Illa ou une mansana.  Les maisons face au Paseig de Gracia entre les rues Consell de Cent et Aragó font partie de l’ilôt en question, et on y trouve notamment trois maisons de style moderniste. La discorde vient du fait que les trois maisons sont vraiment très belles et c’est difficile de choisir laquelle est la plus belle!! Et aussi même si les trois sont du même style moderniste, elles sont très différentes.

Les trois maisons actuelles sont des rénovations de maisons construites précédemment entre 1850 et 1880. Les rénovations furent effectuées parmi les plus importants architectes Modernistes:

Antoni Gaudi: Casa Batlló- Paseig de Gracia 43

Josep Puig i Cadafalch: Casa Amatller – Paseig de Gracia 41Lluís Domènech i Montaner: Casa Lleó Morera – Paseig de Gracia 35

La Casa Amatller fût la première à changer d’aspect en 1900 et à se transformer en joyau moderniste. La façade a une influence des Pays-Bas, toujours présente dans l’architecture de Puig i Cadafalch, car il y voyageait souvent pour affaires.

Casa Amatller                                          Casa Lleò Morera

La réforme de la Casa Lleó i Morera a commencé en 1902, sous la direction de Lluís Domènech i Montaner. Le propriétaire était Francesca Morera i Ortiz et après, son fils, le docteur, Albert Lleó i Morera. La façade est pleine de sculptures (Eusebi Arnau) en référence à ses noms: on voit des lions (Lleó) et des mûres (Morera), et des femmes sur des balcons avec les inventions les plus importantes de l’époque : le gramophone, l’ampoule électrique, le téléphone et photographie.

Toutefois, parmi les trois, la casa Batlló est peut-être la plus connue. Elle est très coloré, propre au style de Gaudi. Gaudí l’a réformé en profondeur entre 1904 et 1906 et a été inspiré par la mer, et l’océan. On peut visiter les trois maisons et ça vaut vraiment la peine!!!

 

Judith Urbano Lorente  http://www.sumandohistorias.com/a-fondo/la-mansana-de-la-discordia/

https://ca.wikipedia.org/wiki/Casa_Batlló

https://ca.wikipedia.org/wiki/Casa_Amatller

https://ca.wikipedia.org/wiki/Casa_Lleó_Morera

 

Une réflexion sur « L’Illa de la discòrdia »

  1. Un autre magnifique article qui, en prime, fait le pont avec certaines choses vu en classe! Une petite partie de moi est amusée que, techniquement, ces maisons furent construites durant la Renaixença puis, techniquement, rénové durant la période du Noucentisme. Serait-ce une coïncidence ou un choix stratégique cherchant à rompre avec un passé qui ne représentait plus forcément le présent d’alors? Peu importe la réponse, super article, bravo!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *