Mythes et légendes dans l’imaginaire catalan

Comme nous l’avons si bien vu au sein de ce cours, l’accumulation d’un patrimoine culturel et la consolidation d’une identité nationale peuvent se faire de diverses manières, que ce soit à travers la diffusion de la langue, la perpétuation d’une mémoire collective, la préservation de lieux ou de monuments à fortes connotations symboliques, ou, tout simplement, par le biais de la gastronomie.

La littérature joue évidemment un rôle magistral dans la préservation de la culture et de l’identité catalane ; mais, de manière assez surprenante, la propagation des mythes et des légendes catalans servent non seulement à nourrir l’imaginaire collectif, mais contribuent également à perpétuer une mémoire historique nationale qui témoigne de la richesse de cette culture même dont ils découlent.

La fameuse légende du “Cœur mangé” intrigue non seulement par sa qualité fantaisiste et la nature de l’histoire qu’elle relate, mais aussi par le contexte historique auquel elle fait référence : on est invariablement portés à penser aux troubadours et aux chevaliers, à l’imposante Maison de Barcelone, mais aussi aux personnages historiques dont il est question. On y découvre d’ailleurs Douce de Provence sous un autre jour : elle n’est plus réduite au rôle de figure historique lointaine et dépourvue de véritable valeur (outre son alliance propice avec Ramon Berenger III), mais elle est transformée en personnage symbolique, porteur d’une mémoire culturelle qui illumine à la fois le passé et le présent de la Catalogne telle que nous la connaissons aujourd’hui.

Ces mythes et légendes, traditions folkloriques qui s’éternisent à travers le passage du temps, témoignent donc de la diversité de la culture catalane, de la richesse de son histoire mais aussi de son “ancienneté”. Ils constituent une véritable extension de l’identité nationale et peuvent être compris comme un instrument d’émancipation littéraire et politique, comme l’écrit si bien Pascale Casanova dans La République mondiale des Lettres (Seuil, 1999). La richesse culturelle s’accumulant sur la base des mythes et récits populaires, la “recollection, réévaluation, diffusion des folk tales censés exprimer le génie spécifique” d’un peuple sont également la manifestation de sa richesse littéraire et culturelle.

2 réflexions sur « Mythes et légendes dans l’imaginaire catalan »

  1. Bonjour Mira!

    Excellent article, bravo! La question des mythes et légendes est très intéressante dans le développement d’une identité nationale. J’ai essayé de faire le même exercice, mais avec le Québec. J’ai trouvé beaucoup de héros comme: Louis-Joseph Papineau, Dollard Des Ormeaux ou encore le Chevalier De Lorimier. Au Québec, on a des héros, mais on n’a pas vraiment de mythes et légendes dans notre culture nationale. Bien sur, on a de grands auteurs, athlètes, chansonniers et/ou réalisateurs. Par contre, ils proviennent surtout du XXème siècle. Donc c’est relativement jeune.

    Encore une fois, bravo. C’est un exercice que j’ai apprécié faire!

  2. Article magnifique!
    Je dois admettre que ton article m’a étonné. On oublie souvent de faire ressortir les mythes et légendes des villes lorsqu’on parle de a culture, alors que ces derniers en sont bien souvent une source d’inspiration, mais peuvent également être une source primoridal dans le développement de la culture en soi. Je n’avais pas pensé du tout aux mythes et légendes lorsque je me focalise sur la culture catalane, alors que je devrais l’inclure davantage pour avoir une meilleure idée globale et représentative de la culture en Catalogne.

    La littérature est un élément clé qui ne faut pas passer à côté!

    Je te félicite pour cet article très intriguant!

    Gabriel Lavigne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *