l’Aquelarre de Cervera

Aquelarre de Cervera | Instagram

Festival étant célébré à chaque dernière fin de semaine d’août depuis 1978, il est très important dans la culture catalane. L’idée étant venue de la sorcellerie que le peuple aurait pratiquée dans le passé, le festival prend place dans la ville de Cervera, aux alentours de l’université. L’Aquelarre (ou encore le coven en français), est en fait la manière que les européens appelaient les réunions nocturnes des sorcières et des sorciers. Ces réunions avaient dans le but de venir pratiquer des rituels et de s’entretenir avec le diable en personne.

L’Origine

C’est à cette époque que l’Inquisition fit apparition au cœur du royaume d’Aragon du roi catholique Ferdinand II. Ce tribunal avait comme mandat, entre autre, de venir contrôler les délits d’opinion de manière chrétienne[1]. Le paganisme, autrement dit païen, comprenait « toutes […] formes religieuses qui ne sont ni juives ni chrétiennes »[2]. Il était donc considéré comme illégal. Ainsi dit, les croyances satanistes des membres du Coven furent aussitôt punies : « [ils] ont été torturés à mort »[3]. Afin d’en apprendre plus sur la sorcellerie au sein de la Catalogne, vous pourrez vous référer sur l’article « La sorcellerie en Catalogne » sur le blogue[4] Envolées Catalanes.

Sorcière brulée sur le bûcher

Ce festival prit forme alors qu’en 1978, plusieurs jeunes se sont rendus à Cervera afin d’y organiser une fête. C’est dans cette ruelle qu’auraient eu lieu les fameuses réunions. À partir de ce moment, la ville commença à célébrer cette fête qui deviendra de vraies célébrations traditionnelles. Par exemple, à chaque année, la ville vient organisée des dizaines de festivités : on y retrouve des groupes de musique (18 à chaque édition), des feux d’artifices, des rituels traditionnels qui viennent rendre hommage en quelque sorte aux femmes qui ont été tuées lors à cause de ces aquelarres.

Forme du festival

Le festival est habituellement séparé en trois actes : le premier est défini par la descente aux enfers, le deuxième par l’apparition de la chèvre (suivi d’une danse traditionnelle par des démons), alors que le troisième est entièrement concentré aux pratiques sexuelles : c’est ce que l’on peut appeler une orgie festives. Aucune nudité n’est représentée, alors que tout est d’allure symbolique. En effet, « Excité par les sorcières et les danses sensuelles, le démon fait une éjaculation superbe sur le public »[5].  Le démon, qui est en fait représenté par « le Mascle Cabró, un bouc géant et lubrique »[6], est l’élément important de cette célébration. Il prend une place qui pourrait être défini comme étant le roi des festivités.

Aquelarre de Cervera | Instagram

En plus d’avoir un programme pour les adultes, on retrouve plusieurs ateliers pour les enfants qui souhaitent célébrer avec leurs parents. Plusieurs sont costumés, d’autres participent à des jeux qui tournent autour de la magie.


[1] Garcesius. « L’Inquisition ». Histoire de l’Espagne (blog), 29 juillet 2011. https://histoiredespagne.wordpress.com/2011/07/29/linquisition-2/. [en ligne] (consulté le 20 octobre 2019)

[2] Universalis‎, Encyclopædia. « PAGANISME ». Encyclopædia Universalis. Consulté le 20 octobre 2019. http://www.universalis.fr/encyclopedie/paganisme/. [en ligne]

[3] Femturisme.Catalunya, Ergates Informàtica (Barcelona. « L’aquelarre à Cervera | femturisme ». Consulté le 20 octobre 2019. https://www.femturisme.cat/fr/itineraires/aquelarre-de-cervera.

[4] « La Sorcellerie en Catalogne | Envolées catalanes ». Consulté le 20 octobre 2019. https://www.mediatheque.cat/envolees/?p=693. [en ligne]

[5] Femturisme.Catalunya, Ergates Informàtica (Barcelona. « L’aquelarre à Cervera | femturisme ». Consulté le 20 octobre 2019. https://www.femturisme.cat/fr/itineraires/aquelarre-de-cervera. [en ligne]

[6] Cap Catalogne. « AQUELARRE DE CERVERA ». Consulté le 20 octobre 2019. http://capcatalogne.com/events/aquelarre-de-cervera-2/. [en ligne]

3 réflexions sur « l’Aquelarre de Cervera »

  1. Merci pour ton article fort intéressant Kelly Anne! Ce festival ayant une histoire si riche, y assister serait évidemment fort captivant. J’apprécie le fait que malgré que ce festival soit majoritairement pour les adultes, les enfants, eux aussi, peuvent en profiter, et ainsi, il pourrait s’agir d’une activité familiale pour en apprendre davantage sur leur passé.

  2. Merci Kelly Anne pour ton article! Les festivals catalans ne cesseront jamais de me surprendre. Je trouve très intéressant la relation que ce festival a avec le culte. Malgré l’impact immense que la religion catholique a eu sur la Catalogne, on peu toujours observer des manifestations de paganisme à travers de festivals comme celui-ci. Cela me fait penser à la danse des morts, une tradition qui prend lieu lors d’une fête religieuse, mais dont je suis certaine a été influencée et/ou inspirée par les païens à un certain point.

  3. Merci Kelly Anne pour ton article, je n’avais jamais entendu parler d’un festival de ce genre et je trouve cela fascinant! La structure et l’origine des idées pour le festival sont vraiment hallucinantes. Je trouve que c’est une fête très audacieuse pour fêter la fin de l’été. Maintenant que j’ai lu ton article, je suis vraiment curieuse pour savoir un peu plus sur ce festival et le voir de mes propres yeux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *