La corrida en Catalogne

Toro de Osborne
Toro de Osborne

Lorsque l’on pense à l’Espagne, l’un des clichés qui nous viennent à l’esprit est la corrida, pratiquée un peu partout sur la péninsule ibérique. Par contre, depuis le 1er janvier 2012, la corrida est interdite en Catalogne, devenant ainsi la deuxième région, après les Îles Canaries (interdite depuis 1991). C’est le 28 juillet 2010 que le Parlement de Catalogne adopte une disposition interdisant la corrida en Catalogne.

En Espagne, plusieurs “pros-corrida” dénoncent les arrières pensés politiques régionalistes catalans. Plusieurs considèrent que l’interdiction de la corrida est surtout une démarche politique “anti-espagnole” que “anti-corrida”, voulant bannir tout symbole espagnol.

Il faut mentionner qu’avant l’adoption de cette loi, la tauromachie n’était plus très populaire. Plusieurs des arènes, dont celle de Barcelone était pratiquement vide lors des dernières corridas.

Point de vue économique, le monde taurin génère plus de 40 000 emplois, principalement liés au secteur du tourisme et des loisirs. Cette industrie génère plusieurs milliards d’euros par année, ce qui n’est pas négligeable dans pays en pleine crise économique.

Plusieurs régions d’Espagne souhaitent que la corrida soit protégée comme patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Ainsi, celle-ci serait protégée contre toute forme d’interdiction comme la disposition votée en Catalogne.

Selon un sondage du journal catalan La Vanguardia, mené en 2013, 81 % des Catalans sont opposés au retour de la corrida dans leur région, contre 18 % en faveur. Selon le Huffington Post, 91 % des Espagnoles n’ont plus aucun intérêt pour la corrida.

Que l’on soit pour ou contre, la corrida suscite encore bien des débats au sein de la population espagnole. Pour ma part, lorsque l’on m’a posé la question lors de mon séjour en Espagne, j’ai dit que je n’étais pas contre, étant donné l’aspect culturel du spectacle. Par contre, je peux comprendre les “anti-corridas” étant donné le caractère cruel de la tauromachie.

Le saviez-vous?

Plusieurs nationalistes catalans ont détruit plusieurs panneaux du Toro Osborne que l’on peut apercevoir un peu partout le long des autoroutes espagnoles (voir image ci-dessus). Pourtant, ce panneau en forme de taureau était autre fois qu’une publicité de la marque de spiritueux Osborne, mais qui est depuis un symbole de la nation espagnole et non de la corrida.

Sources:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Opposition_%C3%A0_la_corrida

http://www.huffingtonpost.fr/anna-galore/disparition-corridas_b_2788368.html

http://www.lavanguardia.com/cultura/20130208/54366492416/pp-toros-merce-barcelona.html

http://www.lefigaro.fr/international/2010/07/28/01003-20100728ARTFIG00396-la-corrida-interdite-en-catalogne-a-partir-de-2012.php

2 réflexions sur « La corrida en Catalogne »

  1. Je trouve cela dommage qu’une des traditions culturelles les plus anciennes de l’Espagne soit interdite dans deux régions espagnoles. Cependant, s’il s’agit de la corrida, je trouve ca normal et même dû, car c’est extrêmement cruel.
    Le problème pour moi est l’association du taureau (taureau espagnol) à la corrida et donc la destruction des panneaux de taureaux. L’apparition de la corrida coïncide avec le début de la culture catalane qui fait que c’est devenu un élément culturel très important. Au fil du temps, certaines personnes se sont détachées de la corrida tout en gardant un symbole de leur culture, qui est le taureau, et ont créé quelque chose nouveau, qui unit quand même les catalans. A mon avis, lorsqu’on s’est attaqué aux panneaux, on s’est attaqué à la Catalogne, malgré l’origine du symbole.

    1. Je suis d’accord avec pas mal tout ce que tu as dit. J’ai du mal a voir une cohérence entre vouloir interdire la corrida et en même temps, détruire des panneaux de taureau… On peu comprendre vouloir que notre culture soit reconnue mais doit-on pour celà détruire celle de l’autre?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *