La petite soeur de Montserrat

Montserrat n’est pas seulement le berceau de la « Moreneta ». Il y a également une petite île volcanique des Antilles voisine d’Antigua et de la Guadeloupe. L’île a été découverte en 1493 par Christophe Colomb qui lui donne le nom de « Montserrat » en souvenir du monastère situé dans les montagnes de la Catalogne. L’île ne sera toutefois pas colonisée par les Espagnols. Ce fut plutôt les Anglais et les Irlandais qui s’y installèrent. La France a également pris possession de l’île pour la perdre définitivement aux mains des Britannique avec le Traité de Versailles en 1783. L’île est depuis lors dépendante du Royaume-Uni.

L’île est souvent décrite comme l’île d’émeraude des Antilles à cause de sa ressemblance avec l’Irlande côtière. Elle abrite un stratovolcan actif, La Soufrière, qui a entraîné la destruction de la partie sud de l’île et particulièrement Plymouth, la capitale d’antan, en 1997. Les coulées pyroclastiques (formées de gaz, de cendres et de blocs rocheux de tailles variables) sont encore aujourd’hui choses fréquentes. Ainsi, l’escalade du volcan est interdite au public, mais des points de vue ont été installés à l’Observatoire ou sur Jack Boy Hill. Seuls les experts peuvent se rendre à Plymouth pour étudier la région. Par exemple, un groupe d’étudiants en géologie de l’Université Laval ont pu se rendre à Plymouth et voir deux autres sites pour étudier les effets écologiques, biologiques, etc. Plymouth est alors surnommée « La Pompéi moderne ».

L’île volcanique a eu son lot d’évènements historiques et géographiques la rattachant, certes de manière infime, à la Catalogne. Or, les deux Montserrat puisent leur origine dans des mythes et légendes fondés sur des mœurs de l’époque. L’île de Montserrat fait référence à Christophe Colomb et à Pompéi. La montagne Montserrat, quant à elle, tire son origine de plusieurs mythes. Les deux mythes fondateurs sont liés à la “Moreneta” et à Guifred le Velu.

La Vierge aurait été découverte par des enfants qui ont été guidé par une lumièere et un choeur céleste vers la grotte enfermant la Vierge. Les parents, le curé et l’évêque tentent de déplacer la statue, mais cette dernière semblait vouloir rester sur sa montagne. Son poids fut si grand que les transporteurs n’ont pu la descendre plus loin. Ils ont alors érigé un monastère sur la montagne.

Les représentations de la « Moreneta » la montrent toujours parmi les rochers et souvent avec une scie ou des anges maniant la scie fournissant une explication poétique et religieuse au relief de Montserrat qui signifie la montagne sciée.

La légende de Fra Garí souligne l’importance du rôle du pape et atteste l’existence de monstres mi-hommes mi bêtes. Selon la légende, la fille de Guifred le Velu était possédé et pour se débarrasser du démon, Guifred demande de l’aide à Fra Gari. Ce dernier la guérit, mais sera désormais sous le joug du démon. Il viole alors la fille et la tue pour cacher son crime. Pour se faire pardonner, Fra Gari se rend à Rome. Pour son châtiment, il est transformé en monstre mi-homme mi bête. Son châtiment prendra fin lorsqu’un nouveau-née lui donnera le pardon. Un jour, il est abandonné au château de Guifred. Le bébé de la comtesse lui donne le pardon et il reprend sa forme humaine. Il leur explique la situation et leur montre l’endroit où il a enterré leur fille. En voulant lui prodiguer une sépulture décente, il la déterre et miracle, elle était toujours vivante.  Fra Gari devient alors le directeur de conscience de la famille. 

Une autre légende entoure la pierre “Cavall Bernat”, un sommet du Montserrat. Selon la légende, un bûcheron transportant des fagots de bois à Llobregat rencontre le diable. Pour l’aider, le diable lui prête un cheval appelé Bernat qui est rapide comme l’éclair. En échange, le diable lui demande que dans dix ans, le bûcheron lui offre un cheval aussi rapide. Dix ans plus tard, le bûcheron oublie son pacte avec le diable et ce dernier le menace. La femme du bûcheron est allée prier la Vierge, qui exauça ses vœux. Une lumière illumina le ciel et le diable et le cheval avaient disparus. À leurs places, une énorme pierre pointée vers le ciel s’érigea.

Le Montserrat est un lieu unique en Catalogne. Il attire les pèlerins en quête de la « Moreneta » et les curieux en quête de paysages naturels. Sa petite sœur des Caraïbes n’est que l’expansion de cette culture catalane forte qui influence même les grands voyageurs tels que Christophe Colomb. Les deux endroits sont des bijoux de la nature ayant des histoires aussi rocambolesques les unes que les autres.

 

Sources

http://www.axl.cefan.ulaval.ca/amsudant/Monserrat.htm

https://fr.wikipedia.org/wiki/Soufri%C3%A8re_(Montserrat)

http://cdlm.revues.org/4371

http://www.capcatalogne.com/La-legende-de-Fra-Gari-Montserrat—6671.phtm

http://www.voyageurs-du-net.com/montagne-montserrat-barcelone

6 réflexions sur « La petite soeur de Montserrat »

  1. J’aime beaucoup cet article! J’ai toujours beaucoup aimé les légendes, et celles entourant Monserrat sont plutôt nombreuses! Il est interessant de voir que la montagne et l’ile, situés si loin l’une de l’autre, est des histoires en commun. J’ai eu la chance de paser du temps sur l’ile de Ste-Lucie, aussi dans les Antilles, et les légendes réliées au volcan sont nombreuses, tout comme à Monserrat. Les gens locaux ont toujours une histoire à raconter qui inclut le volcan, ce qui montre à quel point l’environnement autour joue un rôle énorme sur la culture. Je pense qu’il en est de même en Catalogne, avec la montagne de Monserrat mais aussi avec la méditérannée. Article très intéressant qui me donne envie d’en lire plus!

  2. Les montagnes sont très souvent au centre des mythes comme nous l’avons vu avec la mont de Montserrat la montagne sacrée par excellence qui est à l’origine de nombreuses histoires sacrées et de récits en commençant par la découverte miraculeuse de la statue de la Vierge et en terminant par les lumières d’ovnis que certains voient. Souvent on trouve leurs équivalents comme le mentionne Mélanie Addison dans son bel article. Il se trouve justement une légende que je partage (les contes de Pineda) qui explique aussi comment Dieu mit des limites entre la mer et la terre. Il était dit que la Terre et la Mer se disputaient toujours parce que l’une et l’autre voulaient conquérir un morceau supplémentaire. Dieu exaspéré dit-on par cette querelle, dit à la Terre :’Désormais, tu donneras tout et tout te reviendra (en faisant allusion aux récoltes et à l’enterrement).’ Et il dit à la Mer : ‘Quant à toi, désormais tu prendras tout et tu devras tout rendre (en faisant allusion aux naufrages et à tout ce que s’échoue sur la plage).

  3. Wow cette île nous fait rêver ! Je ne connaissais pas du tout cet endroit paradisiaque. Le fait que le volcan soit encore actif donne encore plus de cachet à cette île. D’ailleurs, il est plaisant de savoir que des étudiants de l’Université Laval y ont mis les pieds. Encore une fois, les légendes reliées à cet endroit sont assez mouvementées et toujours liées à la religion. C’était un article très intéressant, merci pour ton partage! Je viens d’ajouter cette île à ma liste de destinations de voyage! hihi

  4. Je trouve très intéressant de relier dans le même article l’histoire et les mythes. J’ai beaucoup apprécié lire cet article, car il m’a permis d’approfondir mes connaissances sur le sujet. C’est trois mythes sont tous aussi intéressant les uns que les autres. Il est étonnant de constater les ressemblances qui les relient. Je voudrais bien visiter cet endroit pour vivre ces histoires. Les images sont magnifiques et donne envie de mettre les pieds sur ce volcan.

  5. Bonjour, je faisais des recherches sur des îles volcaniques quand je suis tombé sur votre article. Attention, l’île que vous présentez n’est pas du tout l’île de Montserrat, c’est celle du volcan d’Aogashima au Japon. Bonne journée !

  6. bonjour,

    merci pour cet article, j’apporte juste une précision sur la photo de droite:
    A ceux qui rêvent d’y aller, cette photo ne représente pas Montserrat mais l’ile de Aogashima au sud japon.
    Quitte a aller voir l’ile de ses rêves autant aller au bon endroit.
    Mais souvenez-vous que derrière chaque ile paradisiaque peut se cacher un enfer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *