Les chemins de Compostelle en Catalogne

L'Abbaye de MontserratDepuis le IXe siècle, des pèlerins en provenance de toute l’Europe et du monde entier empruntent les chemins de Compostelle. Il existe autant de chemin que de pèlerin, car au Moyen Âge, faute de locomotion, les pèlerins quittaient leur demeure pour se rendre à St-Jacques de Compostelle, en Galice. Leurs périples pouvaient durer des mois, voire des années et ne savaient pas s’ils reverraient leur village et leurs proches. C’était un voyage très risqué et peu de pèlerins survivaient. Inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO, les chemins de St-Jacques ne cessent de gagner en popularité.

C’est grâce à cette popularité que les chemins connaissent depuis quelques années une renaissance. Les chemins de Compostelle en Catalogne ne font pas exception. Connus sous le nom de Camino catalan ou Camí de Sant Jaume (en catalan), les chemins de Compostelle en Catalogne gagnent à être connus. C’est pourquoi depuis 2010, plusieurs d’entre eux ont été réhabilités. Plusieurs points de départ sont possibles, soit de la Jonquera (col de Panissars), port Sant Pere de Rodes, Camino de San Ignacien (au départ de l’Abbaye Montserrat ou le premier pèlerin catalan, Césaire, débuta son pèlerinage) ou de Barcelone. Le chemin de Tarragona est actuellement en processus de réhabilitation et devrait être praticable dans les prochains mois.

Parcourir les chemins catalans, c’est découvrir le riche patrimoine de ce peuple sous un autre angle. Montserrat, Sant Pere de Rodes, Cervera, Figueres, Alcarràs, Lleida et Vilabertran ne sont que quelques villages que l’on peut découvrir le long de la route vers Compostelle. Les chemins regorgent de trésors architecturaux, d’églises romanes et gothiques, d’abbayes, de monastères, de vestiges romains, mais aussi, le plaisir de savourer la gastronomie catalane. Encore peu fréquentés, les chemins catalans possèdent toutes les infrastructures (boulangerie, épicerie, gîte, point d’eau, etc.) afin d’accueillir les pèlerins d’aujourd’hui.

De la méditerranée à l’Atlantique, parcourir les chemins de Compostelle en Catalogne, c’est plonger dans l’histoire d’une culture millénaire.

Bon Camí! (Bon chemin!)

Ultreia et sus eia! (Toujours plus haut, toujours plus loin)

Sources:

http://www.camidesantjaume.cat/index.php

http://www.chemins-compostelle.com/Fichiers/2010-carte-catalogne-sud.pdf

https://www.youtube.com/watch?v=jU35URY8waY

 

 

La rrruuumba catalana!

[Exemple d’article de 2014 – Auteur: Jules Bouvet – 150 mots]

Vous avez sûrement entendu parler de la rumba de Cuba ou de la rumba congolaise, mais connaissez-vous la rumba catalana ?

Chantée aujourd’hui en espagnol ou en catalan, elle serait apparue dans les années 40, selon les gitans de Barcelone, véritables créateurs du style. Gato Pérez (Xavier Patricio Pérez Álvarez) dira: “la rumba neix al carrer, filla de Cuba i d’un gitanet” (la rumba est née dans la rue, fille de Cuba et d’un petit gitan). Les gitans inventèrent le style dans les quartiers de Barcelone et l’enrichirent lors de nombreux échanges avec l’Amérique latine.

Peret (Pere Pubill Calaf), le principal représentant de la rumba catalane aujourd’hui, a développé son style entre les influences rock et mambo de sa jeunesse. C’est donc un style mixte, représentatif de Barcelone, capitale catalane et métropole espagnole et européenne, ville bilingue et multiculturelle.

Style à la fois régional et international, certainement différent et particulier et fondamentalement festif, à écouter !

Sources :

http://www.calarumba.com/

http://www.vespito.net/rumba/origen.html

https://www.flamenco-world.com/magazine/about/rumba_catalana/erumb.htm

Carnet de découvertes catalanes des étudiant·e·s du cours CTL1120 Introduction à la culture catalane